Photo pétition

LE SILLON, une marche en fraternité à travers la France

Aux premières heures brutales de cette année 2015, de nombreux Français sont descendus dans la rue pour "défendre leurs valeurs". Ce vaste mouvement a déclenché en moi les questionnements suivants :
-Quelles sont donc ces valeurs qui ont été bafouées ?
-S'il s'agit principalement des valeurs humanistes de la République (Liberté, Égalité, Fraternité), comment mes concitoyens peuvent-ils se reconnaître dans les paroles guerrières de notre hymne national, la Marseillaise ?

ACTE I, PRENDRE LA PAROLE
Ce contraste saisissant m'a amenée à lancer le 17 janvier la pétition "Donnons de nouvelles paroles à la Marseillaise" (http://bit.ly/nouvellemarseillaise ) qui a recueilli à ce jour 1821 signatures.

ACTE II, CHERCHER DES PAROLES
Après l'avoir remise en mains propres à l’Élysée, l'Assemblée nationale et au Ministère de l’Éducation nationale ( voir en fin de messagles réponses des deux premières instances, la troisième étant restée muette), j'ai également suggéré de recueillir des propositions de changement de paroles via la messagerie nouvellesparolesmarseillaise@yahoo.fr. 

Un grand merci aux personnes qui m'ont adressé leurs textes, je les garde précieusement.

ACTE III, CREUSER LE SILLON
Je suis persuadée que nous sommes nombreux à souhaiter vivre en paix et en bonne intelligence avec nos voisins, nos frères humains. La fraternité, si nécessaire à notre survie, est pourtant une valeur menacée dans cette époque tourmentée où la tentation du repli sur soi est forte.

J'ai donc décidé de poser un acte de confiance, de faire le pari de la fraternité. Pendant deux mois, je vais traverser la France à pied en demandant chaque soir l'hospitalité et en discutant avec mes hôtes des valeurs qui les animent.
De la Manche à la Méditerranée, je creuserai un sillon pour relier deux grands ports liés à l'histoire migratoire de notre pays, Saint-Malo et Marseille.

Si ce projet vous intéresse, je vous invite à le suivre en consultant le blog " Le sillon, une marche en fraternité" à l'adresse suivante : creuserlesillon.canalblog.com
Vous êtes les bienvenus pour échanger sur le sujet par écrit, en discutant de vive voix et/ou en marchant quelques heures avec moi sur le chemin. Pour ce faire, merci de me contacter via le blog.

Je vous remercie de votre attention et vous souhaite à tous une belle route !

Fraternellement,

Evelaine Lochu

NB : Le départ est prévu début septembre, je suis sur les starting blocks et n'attend que le feu vert de ma cheville gauche. La pétition reste toujours ouverte sur le site de change.org

***************************************************************************************************************************

Réponse du chef de cabinet du Président de la République

 Paris, le 30 mars 2015

Madame,

Le Président de la République m'a confié le soin de répondre au courrier que vous avez souhaité lui faire parvenir à la suite des tragiques événements qui ont endeuillé la France les 7,8 et 9 janvier derniers.Je puis vous assurer qu'il a été pris connaissance de votre démarche. S'agissant de notre hymne national, il est, vous le savez, né dans les circonstances de la Révolution et porte en lui le symbole de la liberté et de la lutte contre la tyrannie. Ce chant, qui fait partie d e notre patrimoine, rappelle à chaque citoyen l'Histoire de France et le combat mené au nom des valeurs qui fondent notre République.

 Je vous prie d'agréer, Madame, l'assurance de ma considération distinguée.

 Isabelle SIMA

  ***************************************************************************************************************************************************************************

Réponse du chef de cabinet du Président de l'Assemblée nationale

 Paris, le 1er avril 2015

 Madame,

 Le Président de l'Assemblée nationale, Monsieur Claude Bartolone, a pris connaissance de votre courrier en date du 11 mars dernier par lequel vous lui transmettiez une pétition intitulée "Donnons de nouvelles paroles à la Marseillaise" pour le changement de ses paroles. Il l'a lu avec attention.

Il m'a chargé de vous remercier pour vos propositions, mais ne souhaite pas pour autant changer les paroles de notre hymne national. L'interprétation de "sang impur" qui est souvent entendue est en effet anachronique, aux antipodes de ce que le chant révolutionnaire souhaitait dire. Au moment où Rouget de Lisle a écrit les paroles, le "sang pur" évoque les nobles, et donc les officiers. A contrario, le sang du Tiers état était dit "impur". Les armées révolutionnaires étant essentiellement composées des membres du Tiers état, loin d'un appel à la xénophobie, il s'agit d'une défense de la patrie et de la Révolution. Ces paroles symbolisent un sacrifice : les Républicains d'alors étaient fiers de verser leur "sang impur" sur le champ d'honneur.

 Je vous prie de croire, Madame, à l'assurance de ma considération distinguée.

 Mathias Ott

*******************************************************************************************************************************************************************************

Pas de réponse du Ministère de l’Éducation nationale