JOUR 72 : mercredi 18 novembre à Marseille

Dernier jour à Marseille. Depuis hier, je me traîne un peu dans la ville,écrasée de fatigue mais contente de me donner le temps d'y atterrir. Avec mes parents, nous déambulons dans le vieux quartier du panier. Une galerie d'art attire notre attention avec une sculpture exposée à l'entrée : des visages encastrés dans un bloc porteurs d'expressions douloureuses et ceints d'un bandeau noir. Une oeuvre de l'artiste nouvellement éclairée par les événements récents. Je suis très sensible à son travail car elle semble profondément inspirée par les gens et leur visage en particulier. C'est une chance, Lisa Deck passe par la galerie, je peux la féliciter et par la même occasion souligner les liens entre son oeuvre et mon projet. Je lui montre ma galerie de portraits dont je suis si fière et lui propose même de s'en inspirer, le cas échéant ! En allant visiter son site plus tard, je m'aperçois que je ne me suis pas trompée : une de ses récentes expositions s'intitule "Frères humains"...( http://www.lisadeck.fr )

Après avoir accompagné mes parents à la gare, je redescends sur le Vieux-Port et me fais aborder par une femme d'orgine arménienne qui me demande si "je vais loin comme ça." Je lui réponds que " je REVIENS de loin" et papote avec elle quelques minutes. L'instant d'après, un homme affublé d'un gros appareil photo vient m'aborder et m'affirme que l'on s'est déjà parlé au téléphone et qu'il m'a reconnue à mon gros sac à dos vert. D'abord incrédule, mon visage s'éclaire quand je constate qu'il a raison. Je l'ai appelé il y a une quinzaine de jours alors que je cherchais à organiser un éventuel hébergement de groupe entre La Sainte Baume et Marseille. J'avais obtenu son numéro par Joëlle qui dirige le magazine STRADA en Haute-Loire ( http://www.strada-dici.com ) et qui fait souvent appel à Michel pour des dessins de presse. Je suis stupéfaite par cette énième synchronicité. Marseille n'est quand même pas une si petite ville...

Mes amis Georges et Isabelle nous rejoignent. Cette dernière est fan de polars. Or Michel, en plus d'être photographe, infographiste et dessinateur, est précisément un auteur du genre. ( pour découvrir l'auteur : http://charlesgobi.fr et le dessinateur-photographe: http://michelcharlesbook.blogspot.fr ) Je les laisse discuter de leur passion, éblouie par les connections possibles et infinies entre les gens...

Après la visite du MUCEM effectuée au pas de course, Georges, Isabelle et moi nous rendons à un cours de danse traditionnelle grecque. Mes deux amis sont baignés de culture grecque depuis plusieurs décennies. Ils parlent la langue, jouent et chantent cette musique ( http://www.panselinos.fr ) et la dansent merveilleusement. Ils organisent régulièrement des stages de découverte de cette culture au sein de leur association HIPHASTIA ( http://www.hiphaistia.com ). L'an dernier, j'avais traversé la France ( en avion cette fois-ci) pour participer à un stage animé par l'extraordinaire chanteuse et pédagogue Katerina Papadopoulou. J'avais espoir d'arriver à temps cette année pour le stage de l'automne 2015, mais mon plan de marche ayant été décalé de 15 jours, cela n'a pas été possible. Aline nous rejoint pour le cours. C'est un bonheur de la retrouver pour la quatrième fois consécutive en une poignée de jours, à chaque fois dans des circonstances différentes.

J'appelle Jocelyne et Serge, Marseillais d'adoption qui m'ont si gentiment accueillie dans leur maison avant-hier. Leur belle-fille est Grecque d'origine, peut-être serait-elle intéressée de renouer avec ses racines par la danse ? Encore une fois, je m'aperçois que j'ai ce goût et cette tendance naturelle à jeter des ponts entre les gens, à mettre en relation des personnes qui auraient des choses à se dire, à vivre ensemble.

Je suis heureuse de finir cette longue marche en dansant avec d'autres, en me laissant guider par leurs pas qui donnent rythme et cadence, par leurs bras qui soutiennent et harmonieusement me bercent. C'est bon d'être seule. C'est bon aussi d'être avec.