JOUR 84 : lundi 30 novembre à Acigné (35)

Chers amis, c'est aujourd'hui que se termine cette aventure dans l'aventure, la rédaction de ce blog. Jusqu'au bout, c'est cet aspect-là qui m'aura coûté le plus d'efforts et de tourments, puisque je viens de perdre le message final que j'avais soigneusement et amoureusement rédigé cet après-midi. Tant pis, je lâche. Après avoir tant partagé, le temps est venu de me taire. Le jeu en valait la chandelle, ô oui, et je suis heureuse de ces écrits souvent arrachés à mes heures de repos. Ils sont la mémoire de ce long voyage en humanité.

Je vous remercie du fond du coeur chers lecteurs,belle communauté à l'écoute généreuse même si le plus souvent silencieuse. Si j'ai été la plupart du temps seule sur la route, je me suis cependant toujours sentie accompagnée. Il y en avait du monde dans mon gros sac à dos vert !

Tout au long de ce chemin, j'ai exploré la question de la fraternité, interrogeant sans relâche cette valeur fondamentale, la seule de notre devise sur laquelle nous avons véritablement un pouvoir d'action au plan individuel. Cette longue route n'était pas pavée de pétales de rose, loin s'en faut. Si j'ai été comblée par la simplicité, la générosité, l'ouverture, la bienveillance de mes hôtes, j'ai aussi été traversée par des épreuves personnelles d'un bout à l'autre du chemin. Ces dix semaines de marche constituent une expérience fondatrice pendant laquelle j'ai questionné mes propres valeurs,ainsi que mon rapport à l'autre et au monde. J'ai été obligée de me positionner sur différents plans allant de la sphère intime à l'espace public où j'ai fait le choix difficile d'exposer mes pensées, ma parole et mon image. Tout ceci fut loin d'être évident et souvent le fruit de profondes réflexions, sérieux doutes et combats intérieurs. 

Aujourd'hui, je peux le dire : j'ai fait de mon mieux. Une de mes plus grandes satisfactions est d'avoir réussi à me rendre vraiment disponible à chaque nouvelle rencontre, en passant par-dessus les difficultés personnelles que je pouvais affronter.

ETRE HUMAIN est le titre que je voulais donner à ce dernier message. Ô merveilleux hasard du calendrier, j'ai pu assister cet après-midi à une conférence donnée à Rennes par le vénérable sociologue Edgard Morin ( 94 ans !) dont j'avoue ne découvrir le travail qu'aujourd'hui. Quelle parole bienfaisante et humaniste ! Je recommande la lecture de son dernier ouvrage "Penser global, l'humain et son univers" paru en septembre dernier, où le philosophe essaie précisément de définir ce qui fait notre humanité.

De la même façon, je vous recommande chaudement de découvrir HUMAN, le nouveau projet documentaire du photographe et réalisateur français Yann Arthus-Bertrand. On peut le trouver sous forme de DVD ou en ligne sur youtube depuis septembre.

En voici la présentation officielle : "Human témoigne de la parole des hommes, constitue une passerelle vers une réflexion constructive sur ce qui nous unit et nous distingue. Ces valeurs essentielles que nous partageons tous, ces points de vue et ces vécus si différents font notre richesse. Par ce double regard – vers les visages de la Terre et les visages des hommes –, Human nous entraîne au plus profond de l’être humain et nous offre des instants de respiration et de poésie au travers d’images aériennes témoignant de la beauté du monde.

Il existe des sujets universels mais chaque histoire est unique. C’est le postulat de départ de Human. Composée d’images aériennes inédites et de témoignages face caméra, cette fresque singulière dresse un portrait de l’humanité d’aujourd’hui qui résonne en chacun de nous. Filmées dans 60 pays pendant plus de trois ans, les 2 020 personnes interrogées nous regardent droit dans les yeux et nous livrent des témoignages authentiques et profonds. Quels que soient le pays, les cultures, l’âge ou les religions, les journalistes ont soumis aux participants les mêmes questions essentielles autour de la condition humaine : Vous sentez-vous libre ? Quel est le sens de la vie ? Quelle est l’épreuve la plus difficile que vous avez dû affronter et qu’en avez-vous appris ? Quel est votre message pour les habitants de la planète ? Etc.

À chaque fois, intimité et spontanéité ont pris le pas sur le questionnaire et de véritables rencontres se sont produites entre les journalistes et les interviewés.Pendant souvent plus d’une heure, ils se sont livrés et racontés sur leur vie d’être humain. À l’écoute de ces récits de vie, il était urgent de donner la parole aux hommes et aux femmes du monde. En mettant au coeur de Human les maux de l’humanité, Yann Arthus-Bertrand signe son oeuvre la plus engagée, la plus politique. À l’encontre des habitudes cinématographiques, sans scénario préalable, Human s’est écrit au fur et à mesure des rencontres. Ce poème sans commentaire se révèle pour chacun une expérience inédite, presque immersive. Un voyage intérieur au coeur de l’âme humaine avec, en contrepoint onirique, des prises de vue aériennes majestueuses. À l’écoute du passé et tourné vers l’avenir, Human se veut un plaidoyer pour tous les citoyens du monde.

Site du projet HUMAN : http://www.human-themovie.org/fr/

Accès au film sur la chaîne youtube et aux interviews individuelles : https://www.youtube.com/watch?v=FLqft-ICVQo

A titre d'exemple, interview de l'ancien président de l'Uruguay, José Mujica : https://www.youtube.com/watch?v=myzYPjLiieI

Je laisse le presque-mot de la fin à Yann Arthus-Bertrand : "Quelle que soit notre condition ou situation, chacun d’entre nous peut apporter sa contribution à un mieux Vivre Ensemble. Que l’on soit homme, femme, jeune, vieux, marié, divorcé, célibataire, orphelin, pauvre, riche, handicapé, nos possibilités d’agir sont multiples. Que ce soit à travers un engagement associatif ou des actions simples réalisées ça et là, il y a autant de gestes à faire que d’histoires à vivre, pour nous réaliser et construire l’humanité de demain."

 

Belle route à vous, chers frères humains ! Et n'oubliez pas ces mots d'Andrée Chédid : " Qui que tu sois, je te suis plus proche qu'étranger !"

Avec toute mon amitié et ma gratitude,

Evelaine 

 

Dix propositions pour la fraternité